italiano deutsch english

La biomasse

 

La biomasse est la première source d’énergie renouvelable en France

Le bois énergie représente à lui seul 46 % des énergies renouvelables produites en France en 2008, utilisé comme énergie thermique de chauffage :

Malgré un rôle déjà important, le bois-énergie a encore un potentiel de croissance important comme moyen de lutte contre les émissions de gaz à effet de serre. Il devrait être selon le Grenelle le principal contributeur en EnR d’ici à 2020.

 

Le bois énergie, une ressource insuffisamment exploitée

La forêt couvre plus de 28 % de la surface du territoire métropolitain et sa superficie est de 17 millions d’hectares. La forêt a connu une croissance continue de sa superficie depuis 150 ans. La récolte annuelle de bois est inférieure à la production biologique de la forêt en France métropolitaine. On ne récolte au plus que 60 % environ de ce qui pousse chaque année. Par ailleurs, parmi ce qui est récolté, une partie importante termine sous forme de « déchets » (sciures, rémanents forestiers, …) qui ne sont pas valorisés aujourd’hui et qui peuvent l’être sous forme de bois énergie.

Selon deux études récentes (avril 2010) réalisées pour le compte de l’ADEME et du Ministère de l’Agriculture, les ressources biomasse supplémentaires disponibles à l’horizon 2020 sont de 5,9 MTep/an. Ceci représenterait environ 3.7 Md€/an d’importations énergétiques en moins.

 

Le bois énergie, une ressource d’énergie locale, fortement créatrice d’emplois

Le bois peut être transporté de façon économiquement viable sur un rayon de 200 km environ, ce qui en fait une ressource locale à échelle régionale, non délocalisable. D’après l‘ADEME, la consommation de 1000 tonnes de bois crée 1 emploi dans la filière bois, soit environ 20 emplois durables pour une centrale de 10 MW. A titre de comparaison, une centrale photovoltaïque de 10 MW crée environ 1 emploi durable. Parmi les énergies renouvelables, le bois énergie présente l’impact le plus favorable en terme d’emplois.

 

Le potentiel d’évolution d’ici 2020 de la biomasse comme source de chaleur est considérable

Pour passer de 6 % à 23 % d’énergies renouvelables dans la consommation d’énergie en France, des objectifs par catégories ont été élaborés par le Grenelle de l’Environnement. Ces derniers font apparaître un potentiel majeur pour la biomasse.

La croissance la plus spectaculaire a lieu dans le secteur du chauffage collectif et industriel, avec un objectif à terme de 5,2 MTep/an (~ 60 TWh). C’est le marché sur lequel se positionne Kyotherm à moyen terme.

Pour atteindre ces objectifs, le premier objectif du Grenelle est de multiplier par deux la production de chaleur à partir de réseaux de chaleur d’ici 2020, de 2 à 4 MTep, et d’augmenter la part d’EnR et notamment de biomasse utilisée dans ces réseaux. Le Grenelle de l’environnement fixe un objectif quantitatif d’une multiplication par 12 de la chaleur produite chaque année à partir de biomasse et distribuée par un réseau de chaleur, entre 2008 et 2020.

 

L’exemple du développement du bois-énergie en Autriche du Nord

La Région autrichienne de « Oberösterreich » a quelques années d’avance sur la France pour la mise en place de mécanismes d’aide publique à l’utilisation des énergies renouvelables pour des besoins thermiques. L’utilisation de biomasse à des fins de chauffage a connu une croissance très forte ces dernières années, au-delà des attentes.

Graphe Autriche

Aujourd’hui, il existe plus de 345 réseaux de chaleur à la biomasse en « Oberösterreich », 17 % de la consommation d’énergie primaire et 31% de l’énergie thermale est fournie par de la biomasse. Un tel niveau de pénétration en France, très probable à moyen terme du fait du prix des énergies et des mécanismes d’aides récemment mis en place, signifie un potentiel de croissance très important pour Kyotherm.

 

Les centrales (chaufferies) à bois

Une centrale au bois comprend principalement cinq éléments :

  1. un silo de stockage du bois;
  2. un système d’extraction et de transfert du combustible vers la chaudière ;
  3. une chaudière composée d’un foyer et d’un échangeur de chaleur avec le réseau ;
  4. un système d’épuration des fumées ;
  5. un système d’évacuation des cendres.

Des centrales à haute valeur ajoutée :

  • Energétiquement, le rendement des centrales à bois modernes est excellent (plus de 90 %).
  • Socialement, les projets bois créent beaucoup d’emploi dans la filière sylvicole et l’approvisionnement (1 emploi pour 1000 tonnes, soit environ 2 emplois pour 1 MW).
  • Environnementalement, le bois constitue une énergie renouvelable, dont le cycle d’utilisation n’émet pas de CO2. Au KWh, le bois coûte 5 à 10 fois moins cher que l’énergie photovoltaïque, et 3 fois moins cher que le fioul.