italiano deutsch english

L’équivalent de 1 150 logements à Saint Chély d’Apcher désormais chauffés grâce à l’énergie récupérée sur le site ArcelorMittal

Economie circulaire : l’équivalent de 1 150 logements à Saint Chély d’Apcher désormais chauffés grâce à l’énergie récupérée sur le site ArcelorMittal

5 juin 2018 – La chaleur générée par l’usine d’ArcelorMittal Saint Chély d’Apcher alimente désormais le réseau de chaleur de la ville de Saint Chély d’Apcher en Lozère. Le raccordement intervient après plusieurs mois de travaux, dans le cadre d’un projet collectif porté par Kyotherm. Cet investissement, d’un montant total de 5,6 millions d’euros, a bénéficié d’aides de l’ADEME et de la Région Occitanie. Il permettra de diminuer les émissions de CO2 de l’usine et du réseau de chaleur de la ville de plus de  4 000 tonnes par an, ce qui équivaut au retrait d’environ 2 000 voitures neuves de la circulation. Dans le cadre de la journée mondiale de l’environnement, le raccordement est officiellement inauguré aujourd’hui*.

Chaleur fatale

De l’usine à la ville : le chemin de la chaleur « fatale »

L’acier produit par ArcelorMittal est chauffé à une température de plus de 1 000°C afin de lui conférer ses propriétés magnétiques. Le nouveau four de recuit du site inauguré en 2013 fonctionne à l’électricité dont une grande partie est produite par des centrales hydroélectriques situées à proximité de Saint Chély d’Apcher.

La chaleur qui était autrefois perdue lors du refroidissement de l’acier, appelée « chaleur fatale », est désormais récupérée. Elle est valorisée au sein de l’usine pour les besoins du procédé industriel ainsi que pour le chauffage des halles, améliorant ainsi les conditions de travail pour les salariés.

Le surplus de chaleur récupérée non utilisé sur le site est ensuite mis à disposition du réseau de chauffage de la ville, exploité par SCABE, filiale d’ENGIE Cofely. ArcelorMittal et le groupe Kyotherm (tiers financeur et maître d’ouvrage au travers de sa filiale RESC) ont fait appel à Schneider Electric afin de concevoir et de construire ces installations qui permettent de capter jusqu’à 4,8 MW de chaleur.

Cette énergie est distribuée via un réseau de 1,2 km, au sein de l’usine et jusqu’à la chaufferie SCABE, qui alimente ensuite la piscine, les écoles, l’hôpital, des logements…

Cette récupération de chaleur fatale devrait couvrir des besoins énergétiques correspondant à la consommation d’environ 1 150 logements.

* en présence de Christine Wils-Morel, préfète de la Lozère, Carole Delga, ancienne ministre, présidente de la Région Occitanie Pyrénées  Méditerranée, Pierre Lafont, maire de Saint-Chély d’Apcher, Yves Cotten, président de SCABE, Rémi Cuer, chargé d’investissements de Kyotherm et Philippe Chapus, directeur d’ArcelorMittal Saint Chély d’Apcher.

Une volonté collective d’agir pour les énergies vertes et un impact positif sur l’environnement

L’export de chaleur « fatale » présente un fort intérêt environnemental. Pour la ville, cette chaleur récupérée se substitue à de la chaleur produite à partir de chaudières au fioul pendant les pointes de consommation en hiver et permet de mettre à l’arrêt les chaudières biomasse en été. Pour le site industriel, cette chaleur récupérée permet de diminuer de façon substantielle les consommations d’énergie fossile. Par ailleurs le reste de chaleur qui sera encore produit à partir d’énergie fossile le sera de façon plus environnementale, le projet intégrant également le remplacement des chaudières au fioul lourd du site industriel par une chaufferie gaz naturel à haut rendement de 4 MW.

Au total, ce projet permet d’améliorer le bilan carbone de 17 GWh/an de consommations au sein de l’usine et d’éviter le rejet dans l’atmosphère de plus de 4 000 tonnes de CO2 par an.

Kyotherm recrute un chargé d’investissements

KYOTHERM recherche un(e) Chargé(e) d’Investissements, 0-5 ans d’expérience, dont la mission sera de sourcer, structurer, réaliser et accompagner des projets d’investissement dans le secteur des énergies renouvelables et des économies d’énergie, avec une implication directe dans la négociation, la conduite et la gestion des projets.  Le/La candidat(e) sera issu(e) d’une prestigieuse Ecole d’Ingénieur /de Commerce (top 5), avec des connaissances dans le domaine de l’énergie, et aura la possibilité de contribuer directement au développement d’un acteur émergent de la transition énergétique au niveau européen.

Le montage et le suivi de projets d’investissement signifie plus particulièrement :

  • Identifier et confirmer des opportunités d’investissement auprès de développeurs, porteurs de projets, partenaires industriels ou techniques
  • Analyser la pertinence technico-économique des projets, les risques techniques sous-jacents
  • Gérer l’opportunité d’investissement, depuis son identification jusqu’à sa présentation au Comité d’Investissement
  • Participer à la rédaction des principaux contrats du projet, les négocier avec les parties prenantes, en lien avec les conseils externes (juridiques, techniques, etc..)
  • Convaincre des banques de prêter une large part du besoin de financement à la société de projet
  • Faire le suivi technique, opérationnel et financier des projets réalisés, en participant aux organes de gouvernance et décisions relatives aux projets

KYOTHERM valorise particulièrement l’excellence, la rigueur et l’esprit d’entreprise.

Pour postuler : veuillez cliquer sur le lien EasyApply sur la page suivante et envoyer votre CV à clovis.parmentier (a) kyotherm.com

Kyotherm exposera au salon Bois Energie les 15 et 16 mars 2018 à Grenoble // stand B118

Kyotherm exposera au salon Bois Energie les 15 et 16 mars 2018 à Grenoble

Venez nous rencontrer au stand B118, discuter de vos projets en développement, de vos besoins de financement, ou de nos solutions de structuration, co-développement et tiers-financement de projets de production de chaleur renouvelable. Nous vous invitons à télécharger votre badge visiteur gratuit en cliquant sur l’image ci-dessous.

 Logo salon Bois Energie avec Stand B118

Kyotherm interviendra dans le cadre du Forum Industriel de la Récupération d’Energie le 1er février 2018

Dans le cadre de ce forum organisé par le CETIAT à Lyon le 1er février 2018, Kyotherm interviendra afin de présenter un exemple de tiers-financement de projet de récupération de chaleur fatale sur un four de recuit avec valorisation sur le procédé industriel et export vers un réseau de chaleur urbain.

Pour plus d’information sur l’événement, veuillez cliquer sur le lien ci-après : Site Internet du CETIAT

Kyotherm se développe en Ecosse, avec un portefeuille de chaudières biomasse de 24 GWh/an

Kyotherm a cloturé entre octobre et décembre 2017 l’acquisition d’un portefeuille de 6 chaudières biomasse (plaquettes forestières) d’une puissance totale de 5 MW, et signé un contrat de Engineering, Procurement and Construction (EPC) pour une 7ème chaudière biomasse de 1 MW. Ces chaudières biomasse, toutes localisées en Ecosse, fourniront des hôtels, spa, crèches, espaces commerciaux, et besoins industriels. Leur production renouvelable annuelle est estimée à 24 GWh/an, permettant ainsi une réduction des émissions de gaz à effet de serre de 5200 tonnes par an et la création de 4 emplois locaux permanents.

Kyotherm signe un Contrat de Performance Énergétique de 15 GWh/an pour un site industriel

Kyotherm et son partenaire Schneider Electric vont installer des variateurs de vitesse sur un site industriel sidérurgique situé à Fos-sur-Mer, pour réguler les consommations énergétiques d’un ensemble de moteurs électriques (pompage, ventilation, dépoussiérage), d’une puissance totale de 11 MW. Les économies d’énergie,  estimées à environ 15 GWh/an, permettront de financer l’investissement initial et de générer des économies dès la première année pour l’industriel, selon un montage financier “déconsolidant”.

Les économies d’énergies sont équivalentes à la production d’un parc photovoltaïque de 12 MW, ou à celle d’un parc éolien de 8 MW, avec l’avantage d’une emprise foncière faible (quelques m3) et d’une faible intermittence.

Kyotherm réalise le financement d’un projet de chaleur fatale, en partenariat avec Arcelormittal et Schneider Electric

Communiqué de presse :

Chaleur fatale

ArcelorMittal, Kyotherm, Schneider Electric et la commune de Saint-Chély-d’Apcher (48) lancent un projet de valorisation de chaleur « fatale »

Cette chaleur provenant du site industriel d’ArcelorMittal servira notamment
à alimenter les logements de la ville

 

Saint-Chély-d’Apcher, le 30 mai 2017 – ArcelorMittal, Kyotherm, Schneider Electric et la commune de Saint-Chély-d’Apcher (48) annoncent le lancement d’un projet de récupération et de valorisation de chaleur « fatale », c’est-à-dire de la chaleur générée par un procédé industriel et qui n’est pas récupérée. Ce système va permettre de diminuer les émissions de CO2 de plus de 4 000 tonnes par an, ce qui équivaut à retirer environ 2 000 voitures neuves de la circulation. Le projet sera mis en service au premier semestre de l’année 2018. L’investissement, d’un montant total de 5,6 M€, est porté par Kyotherm et bénéficie d’aides de l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie) et de la Région Occitanie.

Le projet de récupération et de valorisation de chaleur « fatale »

Il consiste à récupérer, sur le site industriel d’ArcelorMittal, la chaleur perdue par des fours de recuit d’acier à plus de 1 000°C et de valoriser cette énergie « fatale » pour le réseau de chauffage de la ville et pour les besoins de l’usine (production et chauffage). Des échangeurs de chaleur, raccordements et automatismes fournis par Schneider Electric permettront de capter jusqu’à 4,8 MW de chaleur. Cette énergie sera distribuée jusqu’aux points d’usage grâce à un réseau de 1,2 km et couvrira des besoins énergétiques qui correspondent à la consommation d’environ 1 150 logements.

 

Chaleur fatale

Des chaudières fioul lourd seront également remplacées par une chaufferie gaz naturel à haut rendement de 4 MW. Au total, le projet permettra d’améliorer le bilan carbone de 17 GWh/an de consommations et d’éviter le rejet dans l’atmosphère de plus de 4 000 tonnes de CO2 par an.

 

Une concrétisation importante pour la valorisation de chaleur « fatale » dans l’industrie

L’industrie représente plus de 20 % des consommations énergétiques de la France. L’ADEME estime qu’à ce titre, un potentiel d’efficacité énergétique de l’industrie de 20 % est atteignable d’ici 2030. Le projet de Saint-Chély-d’Apcher va y contribuer directement en permettant de récupérer 12 GWh de chaleur par an. Il constitue également un projet exemplaire qui permettra à d’autres opérations similaires de voir le jour.

 

Un projet qui allie des compétences complémentaires

  • L’exploitant du site industriel : ArcelorMittal a eu un rôle moteur dans l’initiation du projet qui s’inscrit dans la continuité de ses démarches visant à réduire son empreinte environnementale tout en renforçant la compétitivité du site, premier employeur industriel du département ;
  • Le spécialiste de la gestion de l’énergie : Schneider Electric, partenaire de longue date du site, réalise la conception et la construction des installations, avec une forte valeur ajoutée sur les automatismes servant à réguler de manière intelligente les apports et besoins du réseau ;
  • Le tiers-financeur de projets d’efficacité énergétique : Kyotherm (au travers de la société Récupération d’Energie de Saint-Chély SAS) a permis à ce projet fortement capitalistique de se réaliser de manière déconsolidante et pour un prix compétitif de l’énergie.

 

Un projet ancré dans le territoire, disposant d’un fort soutien public

Ce projet de récupération et de valorisation de chaleur « fatale » contribue à la durabilité écologique du territoire et à la pérennisation de l’emploi. La Commune et son délégataire du réseau de chaleur SCABE ont à ce titre été facilitateurs dans la structuration de l’export de chaleur vers le réseau urbain. Le projet est également, de par son caractère vertueux, accompagné par l’ADEME et la région Occitanie.

 

******

CITATIONS

 

Arnaud Susplugas, Président de Kyotherm

 « Le financement du projet par Kyotherm permet à ArcelorMittal de valoriser cette énergie fatale tout en conservant ses capacités de financement pour son cœur de métier industriel. En adoptant une vision de long terme et grâce à une bonne intégration des enjeux techniques, Kyotherm fait par ailleurs bénéficier ArcelorMittal d’un coût compétitif de l’énergie. Ce modèle de développement qui privilégie l’usage à la propriété est particulièrement pertinent pour les projets de récupération de chaleur fatale. En effet ces projets permettent de réaliser de fortes économies en termes de coûts d’exploitation mais ils nécessitent un investissement initial significatif. Dans ce contexte, Kyotherm est là pour accompagner financièrement les porteurs de projets et consommateurs, et nous pensons que ce type d’opération va se développer dans les années à avenir. »

 

 Philippe Chapus, responsable du projet, ArcelorMittal

« L’efficacité énergétique a toujours été l’une des priorités du site d’ArcelorMittal à Saint-Chély-d’Apcher, qui se consacre à l’élaboration d’aciers dits « électriques » dont les applications concernent les moteurs et générateurs électriques à très haut rendement énergétique. L’énergie fatale (issue des fours industriels) est captée à partir de notre nouvelle ligne de recuit continu. Ce projet, porté et défendu par toute l’équipe locale, n’aurait pas pu aboutir

sans une forte implication de la direction d’ArcelorMittal et des collectivités locales, ni sans l’apport d’une solution technico-économique innovante de la part de Kyotherm et de Schneider Electric. Il permettra de diminuer l’empreinte environnementale de l’usine, de diminuer notre consommation énergétique de plus de 10 % pour la transformation de nos aciers et de marquer la volonté d’ArcelorMittal d’insérer notre industrie dans le milieu naturel. »

 

Fabien Chêne, Directeur Commercial, Schneider Electric

« Schneider Electric, en tant que spécialiste mondial de la gestion de l’énergie, propose aujourd’hui des solutions et des services à haute valeur ajoutée pour accompagner ses clients dans la définition de leur stratégie en développement durable ainsi que dans la réalisation de leur programme d’efficacité énergétique. Le projet de récupération de chaleur de Saint-Chély-d’Apcher s’insère pleinement dans la stratégie de Schneider Electric en matière d’efficacité énergétique, de la conception jusqu’à la réalisation des installations très vertueuses en termes de réduction d’empreinte carbone. Ce projet constitue la première étape d’un programme global d’efficacité énergétique que nous souhaitons développer avec ArcelorMittal. »

 

Pierre Lafont, Maire de Saint-Chély-d’Apcher

« La ville de Saint-Chély-d’Apcher et son histoire sont étroitement liées au parcours de l’usine qui a marqué de son empreinte depuis maintenant un siècle la vie économique et sociale des barrabans. L’histoire commune de l’usine et de la ville a connu une étape importante le 20 septembre 2013 lorsque ArcelorMittal a inauguré une ligne de production d’aciers électriques très haut de gamme et a donc fait de Saint-Chély-d’Apcher la capitale mondiale de l’acier électrique pour la production d’énergie.

Forte de son histoire, Saint-Chély-d’Apcher est également une ville tournée vers l’avenir, soucieuse du bien-être de ses générations futures et de la préservation de son patrimoine d’exception. Nous avons donc entamé en pleine conscience la transition énergétique avec la réalisation d’un réseau de chaleur urbain biomasse. Le raccordement de l’usine et la récupération de son énergie fatale sont donc accueillis comme une nouvelle opportunité d’œuvrer pour une ville et un territoire durables et d’écrire une nouvelle page de l’histoire commune. »

 

******

A PROPOS

 Kyotherm

Kyotherm est un investisseur spécialisé dans le financement et la gestion de projets de production de chaleur renouvelable ou d’économie d’énergie. Ses équipes disposent d’une expertise de premier plan dans le financement, en partenariat avec des sociétés de services énergétiques, de projets d’efficacité énergétique. Kyotherm gère plus de 40 MW de projets de chaleur renouvelable, avec notamment six projets en exploitation et deux en cours de construction en géothermie, biomasse, pompes à chaleur et récupération de chaleur fatale. Kyotherm a vocation à être un partenaire actif dans la gestion des projets, pendant toute leur durée d’exploitation.

ArcelorMittal

ArcelorMittal est le numéro un mondial de l’exploitation sidérurgique et minière, avec 199 000 salariés, une présence dans 60 pays et une empreinte industrielle dans 19 pays. Guidés par la volonté de produire un acier sûr et durable, nous sommes le principal fournisseur d’acier de qualité des grands marchés sidérurgiques mondiaux, y compris l’automobile, la construction, l’électroménager et l’emballage, soutenus par un département de recherche et développement d’envergure mondiale et d’excellents réseaux de distribution.

En 2016, ArcelorMittal a enregistré un chiffre d’affaires de 56,8 milliards de dollars pour une production d’acier brut de 90,8 millions de tonnes, avec une production propre de minerai de fer de 55,2 millions de tonnes.

En France, ArcelorMittal compte 16 440 salariés dont près de 800 chercheurs, répartis sur ses 40 sites de production, ses centres de distribution et de services et ses quatre sites de R&D. ArcelorMittal a produit 9,4 millions de tonnes d’acier liquide en 2016 en France. La France représente 30 % de la production d’aciers plats d’ArcelorMittal en Europe.

 

ArcelorMittal – Le site de Saint-Chély-d’Apcher

L’usine est spécialisée dans la production d’aciers électriques à forte valeur ajoutée destinés notamment à être utilisés dans les moteurs de véhicules électriques ou génératrices éoliennes à haut rendement. Lors de sa fabrication, l’acier est chauffé à une température de plus de 1 000°C afin de lui conférer ses propriétés électromagnétiques, puis passe ensuite par une phase de refroidissement génératrice en chaleur fatale.

Le site fête ses 100 ans en 2017.

 

Schneider Electric

Schneider Electric est le spécialiste mondial de la gestion de l’énergie et des automatismes et a réalisé près de 27 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2015. Nos plus de 160 000 collaborateurs répondent aux besoins de clients dans plus de 100 pays en les aidant à gérer leur énergie et leurs processus de manière sûre, fiable, efficace et durable. Des interrupteurs les plus simples aux systèmes d’exploitation les plus complexes, nos technologies, logiciels et services permettent à nos clients d’optimiser la gestion et l’automatisation de leurs activités. Nos technologies connectées contribuent à repenser les industries, à transformer les villes et à enrichir les vies de leurs habitants. Chez Schneider Electric, nous appelons cela : Life Is On (La vie s’illumine).

 

******

CONTACTS PRESSE

 

Kyotherm

Rémi Cuer ; remi.cuer@kyotherm.com ; 06 14 23 36 74

ArcelorMittal – Site de Saint-Chély-d’Apcher

Image 7 : +33 (0)1 53 70 74 70

Anne-Charlotte Créach, accreach@image7.fr

Sylvie Dumaine, sdumaine@image7.fr
ArcelorMittal en France :

Isabelle Chopin, +33 (0)1 71 92 00 04, +33 (0)6 15 21 59 25, isabelle.chopin@arcelormittal.com

Schneider Electric

Nicolas Machut ; nicolas.machut@schneider-electric.com

Mise en service de deux réseaux de chaleur biomasse et géothermie en France

Deux filiales de Kyotherm ont commencé la fourniture de chaleur à leurs clients début 2017 à partir de réseaux de chaleur à énergie renouvelable.

 

Démarrage du pré-chauffage pour le compte du parc Villages Nature à Marne la Vallée

Les travaux de construction du parc touristique “Villages Nature” avancent et l’ouverture est prévue à l’été 2017. De nombreux bâtiments sont déjà achevés et la Société Géothermale de Val d’Europe, filiale gérée par Kyotherm, a débuté en janvier 2017 la fourniture de chauffage à plusieurs bâtiments.

Le doublet géothermique à -1850 m répond totalement aux attentes, avec une puissance disponible d’environ 20 MW. Il sera relié aux parcs de Disneyland Paris dans le futur, en passant par le Val d’Europe. Le réseau de chaleur géothermique de Marne la Vallée permettra de réduire les émissions de gaz à effet de serre d’environ 15 000 tonnes de CO2 par an.

La conception-construction de la centrale géothermique et du réseau de 26 km a été réalisée par Engie Réseaux, leader en matière de services énergétiques et notamment en matière de réseaux de chaleur à énergie renouvelable.

 

Mise en service du réseau de chaleur biomasse pour le compte de l’Ecole des Roches à Verneuil-sur-Avre

Treize bâtiments de l’Ecole des Roches ainsi que la piscine du campus sont désormais chauffés par une chaufferie centrale biomasse et son réseau de distribution, depuis la mise en service des équipements intervenue le 20 janvier 2017.

Kyotherm, à travers une filiale dédiée détenue à 85% aux côtés d’AgroNergy, a apporté le financement nécessaire à la réalisation de ce projet et va fournir, en remplacement du fioul, une chaleur d’origine renouvelable à l’ensemble scolaire sur une durée de 15 ans, permettant ainsi d’éviter le rejet de 850 tonnes de CO2 par an.

La conception-construction de la chaufferie et du réseau de 2 MW a été réalisée par AgroNergy, société spécialisée dans la construction et l’exploitation clé en main de chaufferies à base de bois énergie ou de résidus agricoles.

Kyotherm exposera aux Journées de la Géothermie 2016 du 20 au 22 septembre 2016 à Strasbourg

Kyotherm exposera aux Journées de la Géothermie 2016 du 20 au 22 septembre 2016, à Strasbourg (stand numéro 21).

Kyotherm interviendra dans ce cadre lors de la conférence  “Investir dans la géothermie : monter un projet et son financement” le 21 septembre à 10h10.

Impression

Kyotherm réalise une sixième levée de fonds

La revue GreenUnivers consacre un article à la 6ème levée de fonds de Kyotherm :

Kyotherm réussit un 6e tour de table à 4,8 M€

Arrangeur et financeur de projets de chaleur renouvelable et d’efficacité énergétique, Kyotherm vient de clore une levée de 4,8 M€. Les fonds proviennent des actionnaires historiques, en l’occurrence les fonds Noria Invest (actionnaire de référence), GreenQuest 2 et Starquest ISF 4. Mais aussi d’un nouvel investisseur, Johes, une société familiale assez discrète. Elle est présidée par Jean-François Vaury et est notamment actionnaire de Green Services Group,TEEO et Greensolver. Johes a aussi investi dans Echy, Station Energy et ASV. Le fondateur de Kyotherm Arnaud Susplugas est actionnaire minoritaire mais conserve le contrôle.

Un point fort, la géothermie

L’argent levé sera fléché selon les deux axes suivis par la société depuis plusieurs années. Tout d’abord le co-développement de lourds projets de chaleur renouvelable ou fatale, avec un tropisme majeur, la Kyothermgéothermie – les six opérations bouclées depuis la création concernent principalement cette énergie. Kyotherm est par exemple actionnaire à 34% de la Société Géothermale du Val d’Europe, dédiée au réseau de chaleur géothermique du projet Villages Nature, à côté de Disneyland Paris – un projet contesté mais autorisé (cf l’avis de la DRIEE Ile-de-France en 2012). Une première phase géothermique à 35 M€ a été bouclée. Mais il reste encore beaucoup de chaleur à vendre (merci le Dogger…) et une tranche 2 est en prospection.

Au-delà de la géothermie, la société est en développement sur le segment biomasse. Et étudie notamment un projet de centrale de cogénération bois de 2 MW pour un établissement d’enseignement.

Là réside 80% de l’activité de Kyotherm, qui ne dévoile pas son chiffre d’affaires 2015 et encore moins sa rentabilité : « nous créons de la valeur pour les actionnaires », déclare sobrement Arnaud Susplugas.

“Un coût de financement attractif”

Second axe, le tiers-financement de travaux d’efficacité énergétique dans l’industrie notamment (variateurs de vitesse, chaleur fatale…), structuré à partir de contrats de performance énergétique. Le tout selon une répartition usuelle de 33%/66%  des gains entre le client et Kyotherm, sur des contrats de 8 à 25 ans. Mais comment rassurer en ce moment les investisseurs et financeurs dans ce secteur très fragilisé par la chute des prix des énergies fossiles, en particulier le gaz ? « Nous répondons par la qualité de la structuration des projets, argumente Arnaud Susplugas, et parvenons souvent à transformer un projet industriel en actif financier, avec un coût de financement attractif et en acceptant parfois des rendements limités. »

Employeur de trois personnes mais gros acheteur de consulting, Kyotherm cohabite sur le segment des gros projets avec les mastodontes que sont Dalkia et Cofely – avec parfois des partenariats étroits, comme c’est le cas pour Villages Nature avec Cofely. Un positionnement manifestement réussi, vu la confiance des actionnaires : l’entreprise en est à son 6e tour de table depuis sa création en 2011.